Virton: «Harcelé par la police», un couple gay doit déménager

Il nie les outrages avec force
Il nie les outrages avec force - Photo News

Le 5 mars 2018, le prévenu aurait menacé un policier. Il nie en bloc. La juge Brilot va alors lui rappeler ses propres déclarations. « Je vais vous citer votre déclaration à un policier : « si votre collègue manque encore de respect à mon mari, je lui décolle la tête ». » L’homme reconnaît cette phrase, mais il avance une bonne excuse.

Découvrez l'abonnement numérique LaMeuse pour seulement 1€ par mois !

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Découvrez l'abonnement numérique La Meuse pour seulement 1€ par mois !

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Meuse ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct